Mise à jour du 31/03/09

Accueil CLAB

Les résultats des FCP Doubl’Ô

Doubl’Ô

Doubl’Ô
Monde

Doubl’Ô
Monde 2

Doubl’Ô
Monde 3

Doubl’Ô
Monde 4

Doubl’Ô
Monde 5

Ensemble

Ensemble de la série Doubl’Ô

25/09/2008

Diaporama de présentation des résultats
pdf 1,14 Mo

 

Diaporama de présentation des résultats de la série Doubl’Ô des Caisses d’épargne.

Nous publions ci-contre le travail de synthèse réalisé par notre adhérent « JPLT007 » qui a dépouillé les évolutions de toutes les actions des six FCP Doubl’Ô durant chaque période de six années et les mois qui ont précédé.

Ce diaporama a été présenté à l’AMF le 25 septembre 2008.

31/10/2008

Lien Internet

 

La performance des fonds garantis de la Caisse d'Epargne.
(Article de VotreArgent.fr)

Le site Internet donne un tableau des résultats des différents fonds garantis de la Caisse d'épargne, comparés à l’évolution du CAC40. Au final, la gamme Doubl’Ô fait à peine mieux que zéro, en performance annualisée, ce qui ne permet pas aux clients de retrouver leur mise. Ils ont en effet dû s’acquitter des frais d’entrée, non inclus dans le rendement final.

http://www.votreargent.fr/sicav-fcp/la-performance-des-fonds-garantis...90915.html

Doubl’Ô    (lancé le 5 juillet 2001, arrivé à terme le 5 juillet 2007)

Haut de page

05/07/2007

 

Fichier pdf
352 Ko

Tableau final officiel des valeurs du panier d’actions Doubl’Ô aux dates de constatations.  (Source Écureuil Gestion FCP)

On y note que, dès la première date de constatation (4 octobre 2005), quatre valeurs affichent une baisse de plus de 40% :
ALLIANZ (-63,03%), CAP GEMINI (-59,92%), FRANCE TELECOM (-49,94%) et SONY (-48,62%).

Le document précise que la valeur liquidative du titre à l’échéance est de 150,97 euros, soit une progression de 0,97 euros (+0,65%) en 6 ans ou 0,11% par an, dont il faut bien sûr déduire les droits d’entrée et les frais de gestion sur six ans (-7% en tout dans le cas d’un contrat Nuances 3D) ce qui ramène la performance globale à – 6,35% en six ans (cas d’une assurance vie).

On est loin des +100% correspondant au doublement annoncé !

03/01/2007

 

Lettre de la C.E.
Midi Pyrénées
pdf 215 Ko

 

Lettre circulaire de la Caisse d’Épargne Midi Pyrénées annonçant l’échec de la performance du FCP Doubl’Ô.

Cette lettre datée du 3 janvier 2007, six mois avant l’échéance du FCP (alors que l’échec était connu dès la première date de constatation, le 4 octobre 2005), annonce :

“Dans six mois, le FCP Doubl’Ô que vous détenez dans votre portefeuille titres arrive à échéance.
Bien entendu, comme il vous l’a été annoncé dès la souscription, vous allez récupérer 100% de votre capital initial.
Cependant, fidèles à notre engagement de transparence, nous devons également vous annoncer par avance que la performance de Doubl’Ô ne sera pas au rendez-vous.

Les marchés ont en effet fortement chuté entre 2001 et 2003 et la récente reprise ne pourra pas compenser les baisses subies durant cette période. Bien entendu, plus que jamais, la garantie du capital de ce FCP joue à plein : vous récupérerez à l’échéance l’intégralité de votre épargne.”
L’intégralité, certainement pas puisque les droits d’entrée restent de toute façon acquis à la Caisse d’Épargne. Mais qu’en est-il de la promesse annoncée de doublement du capital ?

Pleine de sollicitude, la Caisse d’Épargne a encore le culot d’ajouter : “Mais au-delà de cette garantie, nous resterons à vos côtés pour vous aider et vous orienter”

Ne pas manquer de noter l’ironie du titre : “Notre priorité : la sécurité de votre épargne”. Comme sécurité, c’est plutôt réussi !

 

30/03/2007

 

Lettre de la C.E. Midi Pyrénées
pdf 615 Ko

Lettre du 30 mars 2007 de la Caisse d’Épargne Midi Pyrénées annonçant la transformation de Doubl’Ô en Ecureuil Europe Sécurité 19 (Cas d’un compte titre ou d’un PEA)

Lettre adressée le 30 mars 2007 à une cliente de la Caisse d’Épargne de Midi-Pyrénées pour l’informer que le FCP Doubl’Ô arrivera à échéance le 5 juillet suivant, et que quatre valeurs du panier (Allianz, Cap Gemini, France Telecom et Sony) ont franchi le seuil des -40% dès la première date de constatation. De ce fait, la cliente ne retrouvera que le capital initial diminué de la commission de souscription et des frais de gestion éventuels. La raison de cette mauvaise performance est attribuée aux attentats du 11 septembre 2001 et à la crise de confiance des investisseurs.

À l’échéance, le placement sera prorogé et transformé automatiquement en un FCP monétaire en euro, Ecureuil Europe Sécurité 19, agréé par l’Autorité des Marchés Financiers le 16 mars 2007.

À partir de la date du 5 juillet 2007, la cliente a néanmoins la possibilité de sortir sans frais de ce fonds si elle souhaite opter pour d’autres solutions de placement.

Doubl’Ô Monde    (lancé le 8 novembre 2001, arrivé à terme le 8 novembre 2007)

Haut de page

07/11/2007

 

Tableau
Pdf
699 Ko

Tableau final officiel des valeurs du panier d’actions Doubl’Ô Monde aux dates de constatations.  (Source Natixis, Écureuil Gestion)

On y note que, dès la première date de constatation (7 février 2006), trois valeurs ont baissé de plus de 40% :

ALLIANZ (-49,4%), FORD (-51,8%) et France TELECOM (-56,7%).

 

La valeur liquidative du titre n’est pas précisée.

 

Doubl’Ô Monde 2    (lancé le 7 février 2002, arrivé à terme le 7 février 2008)

Haut de page

07/02/2008

 

Tableau
Pdf
413 Ko

Tableau final officiel des valeurs du panier d’actions Doubl’Ô Monde 2 aux dates de constatations.  (Source Natixis, Écureuil Gestion)

On y note que, dès la première date de constatation (8 mai 2006) l’action FORD a déjà chuté de 52 % (coefficient 0,48) par rapport à la date de départ. Jusqu’à l’échéance du FCP, elle ne remontera jamais au dessus de 0,596 restant ainsi toujours au dessous du seuil fatidique de 0,60 (-40%).

En ce qui concerne les autres actions, on constate qu’à la seconde date (7 août 2006) deux nouvelles actions sont au dessous de 0,60. Ce sont France Télécom (0,565) et  NTT DOCOMO (0,597). En ce qui concerne France Télécom, ce sera sa seule incursion en deçà du seuil de 0,60. Quand à NTT DOCOMO, elle y reviendra encore deux fois, le 6 août 2007 et le 6 février 2008.
Mais il suffisait qu’une seule des 12 actions franchisse une seule fois le seuil de -40% pour que la condition d’échec du doublement soit réalisée.

Le document précise que la valeur liquidative du titre à l’échéance est de 152,57 euros, soit une progression de 2,57 euros (+1,71%) en 6 ans.

Prenons (pour la simplicité) le cas d’un épargnant fortuné qui aurait versé 100 000 euros pour les placer sur le contrat d’assurance vie NUANCES 3D de la Caisse d’Épargne, sous la forme de titres Doubl’Ô Monde 2.

On lui prélève au départ 3% (2% pour Doubl’Ô + 1% pour NUANCES 3D). Il se retrouve donc avec 97 000 euros qui lui permettent d’acheter 646,667 parts à 150 euros la part. Mais on lui prélève encore chaque année 0,7% de frais de gestion en lui réduisant le nombre de parts par application d’un coefficient égal à 0,993.
Au bout de six ans, le coefficient multiplicateur global est égal à 0,993 à la puissance 6 c'est-à-dire 0,9587.
À l’échéance du FCP, notre malheureux souscripteur ne possède donc plus que 646,667 x 0,9587 = 619,96 parts.

La Caisse d’Épargne va lui reverser la valeur de la part multipliée par le nombre de parts à l’échéance, c'est-à-dire : 152,57 x 619,96 = 94 587,30 euros.
Perte sèche : 100 000 - 94 587,30 = 5 412,70 euros soit 5,4% de son investissement initial.

Mais si notre épargnant avait laissé ses 100 000 euros ne serait-ce que sur un livret B à 3% (ING Direct propose actuellement 3,3%), il aurait récupéré au bout de six ans une somme de 119 405,23 euros (voir notre tableau de calcul d’intérêts < ici > ou à la page “Conseils et outils”).

Son préjudice réel est donc de 119 405,23 - 94 587,30 = 24 817,93 euros soit environ 25% de sa mise initiale.

Le préjudice est encore bien plus grand pour un épargnant qui, ayant suivi les conseils de son conseiller financier, aurait retiré son argent d’un livret A, d’un livret d’Épargne populaire, d’un Plan d’Épargne Logement… à un taux d’intérêt encore supérieur. Le calcul doit être fait selon cette méthode pour chaque cas particulier.

31/03/2003
au
22/03/2007

 

Rapports annuels de gestion du FCP Doubl’Ô Monde 2

Les informations contenues dans chaque rapport annuel sont en vigueur à la date de clôture de l’exercice.

On y trouve :

     la fiche d’identité du FCP (correspondant aux caractéristiques énoncées dans la notice COB)

     les points de repère de l’exercice (faits marquants de l’économie mondiale et des marchés financiers, évolution des principaux indicateurs de l’économie, chômage, inflation, consommation, indices des principales places boursières dans le monde, etc.)

     la gestion financière de l’exercice (cette gestion n’a aucun effet sur le rendement pour les souscripteurs, étant donné que ce rendement ne dépend que du comportement des actions du panier et non du portefeuille physique du FCP)

     des informations comptables (bilan comptable, évolution de l’actif, frais de gestion…)

     l’inventaire du portefeuille à la fin de l’exercice

     le rapport général du commissaire aux comptes.

 

27/12/2007

 

Inventaire du 27/12/07

Inventaire du portefeuille physique d’actions de Doubl’Ô Monde 2 à la date du 27 décembre 2007 (Source : CACEIS Bank)

Ce listing informatique périodique était établi par le dépositaire CACEIS Bank, filiale de la Caisse d’Épargne par l’intermédiaire de Natixis (*).

Il indique la composition du portefeuille physique d’actions de Doubl’Ô Monde 2, avec le prix de revient unitaire de chaque action et son cours à la date de valorisation du document (27 décembre 2007, soit environ un mois avant la date de clôture).

On y constate que le 27 décembre 2007, la valeur globale du portefeuille était de 912,4 millions d’euros pour un prix de revient de 689,3 millions d’euros, soit une plus-value de 223,1 millions d’euros ou + 32,4%.
Inutile de préciser que cette plus-value du portefeuille physique n’a été nullement redistribuée aux souscripteurs. Elle est presque entièrement absorbée par la rémunération versée à la contrepartie détentrice du contrat de swap, soit 204,9 millions d’euros. Sur quelles bases et selon quelles modalités est calculée cette rémunération ? À qui profite-t-elle ? Qui est l’attributaire du contrat de swap ? Nous serions bien intéressés de le savoir.

De toutes les façons, quel que puisse être le résultat de la gestion du portefeuille, le souscripteur n’en voyait pas la couleur puisque sa rémunération était déterminée par la formule et rien d’autre. La disparité est flagrante entre le rendement du portefeuille constitué par la Caisse d’Épargne avec les capitaux des souscripteurs et la perte enregistrée par ces derniers après déduction des droits d’entrée et frais de gestion, en raison de l’échec de la formule dès la première date de constatation le 6 mai 2006.

À la dernière page du document apparaît la valeur liquidative calculée le 15 janvier 2008, résultat de la division de l’actif net (704,799 M€) par le nombre de part (4,627 millions) soit 152,32 euros ou une progression de 1,55 % en six ans.

(*) CACEIS Bank
Sites : France, Luxembourg, Irlande, Belgique, Pays-Bas, Suisse, Allemagne, États-unis, Bermudes, Canada
Effectifs : 3200 personnes, dont 3000 en Europe
Présentation de l’entreprise : CACEIS, né du rapprochement des métiers Titres du Crédit Agricole S.A. et du Groupe Natixis, propose une gamme complète de services dédiés aux investisseurs institutionnels et aux grandes entreprises. Avec une présence dans 10 pays, CACEIS couvre les activités de banque dépositaire, conservation institutionnelle, administration de fonds et services aux émetteurs. Ses prestations s’accompagnent de services à forte valeur ajoutée : aide à la distribution transfrontalière, montage de fonds, support à la gestion alternative, produits dérivés et support à la Directive européenne OPCVM III. CACEIS figure parmi les 10 premiers conservateurs mondiaux avec 2 125 milliards d’euros d’encours sous conservation et parmi les trois premiers administrateurs de fonds européens avec 950 milliards d’euros d’actifs administrés.

28/09/2007

 

Document du 28/09/07

Document d’information périodique de Doubl’Ô Monde 2 à la date du 28 septembre 2007

Dans ce document qui n’était pas diffusé aux souscripteurs, on découvre notamment l’évolution du nombre de titres et de la valeur unitaire de la part depuis le 28 mars 2002 (moins de deux mois après la clôture de la souscription).

Le nombre de titres au 28 mars 2002 était de 5 373 188 ce qui correspond pratiquement à un taux de souscription de 100% (maximum de 5 377 065 selon la notice COB).
Le 20 septembre 2007 (soit un an et demi après la date de constatation de l’échec du doublement), ce nombre était réduit à 4 653 278. Par ailleurs, dans l’inventaire de CACEIS reproduit plus haut, le nombre de parts au 27 décembre 2007 était de 4 626 801.

En dépit des efforts des commerciaux pour conseiller à leurs clients de conserver leurs titres, cela même après l’échec du doublement dès la première date de constatation, et en dépit également des frais de sortie dissuasifs (commission de rachat de 4% s’ajoutant aux pertes), les souscripteurs avaient préféré se séparer de 13,9 % des titres avant la date de sortie du 7 février 2008.

Un second tableau donne la ventilation simplifiée de l’actif net. On y découvre que 131% de l’actif net sont représentés par les actions en portefeuille (126%) et cédées temporairement (5%) mais que cet actif est minoré des dettes (-33%) correspondant à la rémunération du contrat de swap.

On note en outre que, depuis le 2 juillet 2007, la gestion financière du fonds est transférée à Natixis Asset Management.

24/01/2008

 

Lettre de la C.E.
pdf 507Ko

 

Enveloppe d’envoi
pdf 178 Ko

 

Lettre circulaire de la Caisse d’Épargne Île-de-France annonçant à ses clients l’échec de la performance de Doubl’Ô Monde 2.

Cette lettre non datée, postée le 24 janvier 2008 (cachet de la poste) soit 14 jours avant la date d’échéance du FCP, mériterait de figurer dans une anthologie du cynisme et de la tartufferie. Sur un ton arrogant du style « estimez-vous heureux de n’avoir perdu que les droits d’entrée et les frais de gestion », la Caisse d’Épargne claironne :

“Comme il vous l’a été annoncé à la souscription, le capital que vous avez investi est totalement garanti à l’échéance.” (Tiens donc ! n’était-il pas annoncé à la souscription que le doublement était aussi garanti ?) Fidèle à son engagement de transparence (De quelle transparence veut-on parler ? Pendant six ans, la CE n’a apporté aucune information sur l’évolution du FCP à l’exception d’un simple état comptable, absolument abrupt, de la valeur du portefeuille), la Caisse d’Épargne souhaite d’ores et déjà (Pour le d’ores et déjà, il y a de quoi hurler et bondir. Quel remarquable exploit d’anticipation ! L’échec du doublement était connu et irréversible depuis presque 2 ans, c'est-à-dire dès la première date de constatation de l’évolution du panier, le 8 mai 2006. Et c’est seulement deux semaines avant l’échéance que la Caisse d’Épargne se réveille !) vous informer que la performance ne devrait pas être au rendez-vous (comble de l’hypocrisie ! La Caisse d’Épargne emploie le conditionnel alors que les jeux sont définitivement bouclés depuis le 8 mai 2006. Voudrait-elle donc encore laisser de faux espoirs aux malheureux souscripteurs ?) En effet, la reprise des marchés financiers depuis 2004 ne permettra pas de compenser les baisses subies pendant les crises boursières de 2001 à 2003 (Objection Votre Honneur : le fonds ne démarre qu’en février 2002, donc la crise de 2001 n’est pas concernée. Par ailleurs le résultat n’est pas déterminé par l’évolution des marchés financiers dans leur globalité, mais uniquement par le comportement de l‘une des actions du panier, à savoir Ford qui, dès la première date de constatation le 8 mai 2006 avait perdu 52% de sa valeur soit bien plus que les 40% suffisants pour faire capoter tout le FCP).

Dans la suite de sa lettre, la Caisse d’Épargne annonce que les fonds récupérés seront réinvestis sur un fonds monétaire en euros à taux garanti (encore heureux qu’on ne vous propose pas un autre Doubl’Ô !).

Mais pour vous “remercier de votre fidélité” on a encore le culot de vous proposer une offre “qui vous est exclusivement réservée”, consistant à réinvestir au moins 25% de ce qui vous reste sur un support boursier, en contrepartie de quelques miettes d’intérêts jusqu’à seulement fin 2008. Et en plus vous avez le privilège de bénéficier de “0% de frais d’arbitrage” (le contraire serait un comble pour un fonds arrivé normalement à son échéance !). Non, merci, on a déjà donné.

Jusqu’à quelle limite la Caisse d’Épargne continuera-t-elle de se moquer de ses clients ?

 

11/02/2008

 

Lettre Écureuil Vie
Pdf 922 Ko

Lettre de la filiale Écureuil Vie pour notifier le transfert des fonds Doubl’Ô Monde 2 sur le fonds en euros de Nuances 3D (cas d’une assurance vie).

Cette lettre datée du 11 février 2008 informe le souscripteur que “conformément aux dispositions prévues” les fonds ont été placés automatiquement “sur le fonds en euros de votre adhésion” (il s’agit en fait du fonds intitulé “Nuances Sécurité”).
Quelles dispositions prévues ? On serait bien en peine de le savoir. En réalité, on vous met devant le fait accompli.

La Caisse d’Épargne ajoute que le client a la possibilité, durant 3 mois seulement et sans frais d’arbitrage, de réaffecter ses fonds sur le support de son choix. Lequel ? Un autre FCP à formule ? Non merci, on a déjà donné.

Doubl’Ô Monde 3    (lancé le 28 février 2002, arrivé à terme le 28 février 2008)

Haut de page

 

 

Doubl’Ô Monde 4    (lancé le 28 mars 2002, arrivé à terme le 28 mars 2008)

Haut de page

24/05/2007

 

Tableau
Pdf
399 Ko

Tableau d’évolution des valeurs du panier d’actions Doubl’Ô Monde 4 à la quatrième date de constatation.  (Source Écureuil Gestion FCP)

On y note que, dès la première date de constatation (21 juin 2006), une valeur du panier (et une seule) a franchi le seuil des -40% :

Il s’agit des laboratoires pharmaceutiques PFIZER avec -42,90%.

 

Doubl’Ô Monde 5    (lancé le 25 avril 2002, arrivé à terme le 25 avril 2008)

Haut de page

25/04/2008

 

Fichier pdf
320 Ko

Tableau final officiel des valeurs du panier d’actions Doubl’Ô Monde 5 aux dates de constatations.  (Source Natixis, Écureuil Gestion)

On y note que, dès la première date de constatation (18 juillet 2006) l’action FORD (toujours elle…) a chuté de - 60,5 % (coefficient 0,395) par rapport à la date d’origine. Une autre action enregistre encore de plus mauvais résultats : Ahold avec - 71,8 % (coefficient 0,282). Tous les espoirs s’envolaient donc il y a deux ans…

Les souscripteurs ont-ils été pour autant prévenus à cette époque ?

 

Le document précise que la valeur liquidative du titre à l’échéance est de 151,62 euros, soit une progression de 1,62 euros (+1,08%) en 6 ans ou 0,18% par an, dont il faut bien sûr déduire les droits d’entrée et les frais de gestion sur six ans (-7% pour l’ensemble dans le cas d’un contrat Nuances 3D) ce qui ramène la performance globale à - 6% en six ans (cas d’une assurance vie).

 

 

< Début de page >